L’Association des étudiantes et étudiants francophones de l’Université Laurentienne rejette la proposition pour l’Université de l’Ontario Français

 In Uncategorized

 

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Université Laurentienne (Sudbury) — L’AEF (l’Association des étudiantes et étudiants francophones de l’Université Laurentienne) prône depuis les dernières années un plus grand investissement provincial pour les programmes francophones déjà existants au sein des institutions bilingues. L’avenir de ces programmes est maintenant à risque en raison d’un manque de consultation à l’échelle provinciale quant à l’impact d’un nouvel établissement d’éducation francophone dans la province. Et, c’est ainsi pourquoi l’AEF doit opposer catégoriquement les recommandations ultimes du Rapport Adam ainsi que l’annonce faite par le gouvernement provincial hier quant à leur proposition pour une université francophone dans le centre-ville de Toronto.

L’AEF craint que ce qui est proposé soit une université locale franco-torontoise desservant ceux qui ont les moyens de pouvoir vivre à Toronto. Une solution à plus grande échelle est essentielle afin d’assurer la pérennité de l’enseignement universitaire en français partout en Ontario. Une future consultation réellement provinciale est nécessaire afin de mieux comprendre les répercussions inévitables au paysage universitaire francophone actuel avant d’entreprendre un projet d’envergure comme l’UFO.

Tel qu’affiché, l’AEF est d’avis que le projet est prématuré et qu’il risque bouleverser irréversiblement les institutions bilingues fortement ancrées dans leurs communautés—comme notre Université Laurentienne et l’Université de Sudbury. Ces deux institutions travaillent avec des organismes francophones clés dans notre communauté (la Galerie du Nouvel-Ontario, le Théâtre du Nouvel-Ontario, le Carrefour Francophone, le Salon du Livre du Grand-Sudbury, la Nuit sur l’étang, les éditions Prise de Parole, la Fondation Franco-Ontarienne, l’ACFO du Grand Sudbury, Centre Victoria pour Femmes, le Centre Franco-Ontarien de Folklore, Théâtre Action, l’AJEFO, l’ACFAS Sudbury, l’Institut Franco-Ontarien, et l’Université du Troisième Âge de Sudbury), qui pourraient risquer de perdre leurs partenariats et collaborations avec l’Université Laurentienne. Notons que le Gouvernement Wynne a, au mois de juin, accordé un financement au projet de la Place des Arts—le futur hôte du programme francophone de Théâtre de l’Université Laurentienne.

Sans stratégie qui tient en compte les universités bilingues, il est clair que la nouvelle institution va sans doute annihiler les autres programmes en attirant les jeunes qui y étudient déjà et absorbant une portion du financement déjà très modeste. Une nouvelle institution risque laisser les programmes francophones déjà fragiles en plus grand péril. Le Grand Sudbury et le Nord, ne peuvent se permettre d’appuyer une nouvelle institution à Toronto dans un tel climat d’incertitude.

Le Conseil d’administration de l’AEF veut également souligner que les organismes soi-disant porte-paroles de la francophonie ontarienne tels la FESFO, l’AFO et encore plus particulièrement le RÉFO souffrent d’un manque significatif de légitimité et ne parlent point au nom de notre association, ni de nos membres, ni de la majorité de la communauté Franco-Ontaroise. Les inquiétudes de l’AEF quant au développement dans ce dossier ont été facilement écartées par ces organismes dans le passé. On ne pouvait trouver d’oreille sympathique chez les militants alors que l’AEF et les gens du Nord se posaient des questions quant à l’impact qu’aurait le projet d’une université francophone chez eux. Le RÉFO, avec ses slogans et ses mots-clics, a plutôt décidé d’ignorer ces inquiétudes et faire avancer sa cause. L’AEF ne prévoit s’associer aucunement avec ces organismes dans le futur en raison de leur ignorance face aux questionnements et inquiétudes de nos communautés, de nos membres et de notre organisme.

– 30 –

Au sujet de l’AEF

L’Association des étudiantes et étudiants francophones a été créée le 24 octobre 1974. C’est la seule association qui représente uniquement les intérêts des étudiants francophones et francophile au sein des programmes francophones de l’Université Laurentienne et de l’Université de Sudbury. Notre équipe assure une expérience positive pour chaque étudiant par sa représentation politique, ses services intégraux et ses activités socioculturelles. Notre mission est de représenter et promouvoir les intérêts de nos membres auprès de l’administration universitaire, de la collectivité franco-ontarienne et des gouvernements municipal, provincial et fédéral.

Contact média :

Stéphane R Bazinet

Vice-président (Affaires socioculturelles et services)

705.673.6557
vpsocioaef@laurentienne.ca

Recent Posts

Leave a Comment

Communiquer avec nous

Nous ne sommes pas disponibles à l'instant même. S'il vous plaît nous envoyer un message, merci.

Not readable? Change text.

Start typing and press Enter to search